MAUDITS SOIENT LES YEUX FERMÉS

« MAUDITS SOIENT LES YEUX FERMES »

Rodolphe « SAKO » GAGETTA

Intro :

  • Allo
  • Allo, Chill ?
  • ça va
  • Ouais, j’ai écouté les instrus là, pour Taxi et moi.. franchement, les trucs gais, ça l’ fait pas..
  • Pourquoi ?
  • Bah, mon cœur, mes textes comme les temps sont durs
  • Mais qu’est ce que tu veux que je te dise, tu sais, les tensions durent. Réminiscences sombres aux couleurs d’améthyste, mais qu’est ce que tu veux que je te dise, tu sais, mon âme est triste.
  • Bah, de toutes façons, fait ce qu’il te plait, hein..

1er Couplet :

  • Mais qu’est ce que tu veux que je dise d’autre que ce que je suis
  • Chaque jour me dicte ces lignes, en souligne les plus tristes
  • Je prie plus, je flippe, ris peu, je parle de moins en moins
  • Mon seul lien avec les miens reste l’écriture.
  • Une délivrance. Elle me libère de mes délires denses.
  • Mes récits rances me soutiennent, faut que je déballe tout
  • Le mal me rend fou, faut que je parle,
  • Qu’on râle, je m’en fous. Je m’étale devant vous.
  • Souvent, je lutte au plus haut degré.
  • Je planche pour écrire un sourire mais ma plume flanche
  • Feuille blanche étanche aux choses gaies, c’est étrange,
  • C’est pas que je ne veux pas mais je peux pas
  • Je n’ai pas la tête à la fête, c’est peut-être
  • Que je ne suis que le fruit de mon époque
  • La vie se comporte durement, m’impose indument cette prose puante à haute dose
  • Une forte névrose à sont fait m’isole,
  • Comme Travis Bickle, pour que j’ rigole, faut que j’ picole
  • Mes textes ? Je voudrais que t’en ris, mais j’ dis que ça part mal
  • Croire en demain, on a le droit mais au fond,
  • Je m’attends pas à tant que ça, entends le sale son garçon,
  • Si ça sent le soufre, c’est que je te souffle ma vie
  • Que s’ouvrent à toi ceux qui souffrent.
  • Alors profites-en tant que ce n’est qu’un disque
  • Et que tant de fatalité crasse ne reste que ma réalité.

Refrain : (*2)

  • Mon cœur, mes textes comme les temps sont durs
  • Mais qu’est ce que tu veux que je te dise, tu sais, les tensions durent
  • Réminiscences sombres aux couleurs d’améthyste
  • Mais qu’est-ce que tu veux que je te dise, tu sais, mon âme est triste

2ème Couplet :

  • A l’aube de l’An 2000, l’avenir est sombre dans les villes du monde
  • Je sonde. Tant d’hommes tombent dans l’ombre
  • Grand nombre d’anges déchus, d’existences sans dessus dessous.
  • Déçu, je suis. Dès le début, j‘ai su que Jésus se fout de nous.
  • De suite, je l’ai lu dans les yeux des miens. Témoins forcés de forfaits pour les moins
  • Exposés. Les mains liées, la vie m’impose ses thèmes.
  • Et que j’aime ou que je n’aime pas n’est pas le problème. J’en parle quand même.
  • Dénuées de sens, des nuées de scènes chaque jour, me blessent
  • Et même si c’est ainsi, ça me laisse pantois.
  • Reste que je ne peux l’admettre, ça me scie de voir ces trucs
  • Le temps et les gens passent mais rien ne change. Personne ne s’arrête.
  • Aujourd’hui, faut plus compter sur autrui, c’est comme ça que le monde marche
  • Et je sèche quand je cherche à comprendre
  • Ecrire autre chose ? Je voudrais. Je suis sincère quand je dis ça.
  • Mais on ne reproche pas à l’aveugle de ne pas voir. Je sais ça
  • J’ai 23 Ans, le ventre vide. Avide de prendre goût aux choses,
  • Peu commode, je m’accommode mal des modes de vie, alors que me reste-t-il ?
  • Même ma musique pue le chien.
  • Que suis-je en droit d’espérer pour demain ? j’en suis là.
  • Cinglant, ce constat me consterne, et ne concerne pas que moi, conscient de ça
  • Comment lâcher pour la risée d’irisés lyrics ?
  • Ce serait tissé d’hypocrisie alors je lâche pas l’affaire et
  • Maudits soient les yeux fermés.

Refrain : (*2)

  • Mon cœur, mes textes comme les temps sont durs
  • Mais qu’est ce que tu veux que je te dise, tu sais, les tensions durent
  • Réminiscences sombres aux couleurs d’améthyste
  • Mais qu’est-ce que tu veux que je te dise, tu sais, mon âme est triste